Archives mensuelles : avril 2019

Flotte ou coule ? La suite !

Alors que les élèves avaient remarqué que peu importe la taille d’un objet, sa flottabilité ne variait pas (que la boule de pâte à modeler soit minuscule ou grande, elle coule !), ils ont ensuite observé que la forme pouvait avoir un rôle !

Après avoir fait une boule, un serpent, un escargot et une pizza en pâte à modeler – qui ont tous coulé -, leurs bateaux en pâte à modeler ont flotté ! Par contre, il faut faire attention car, si le bateau se remplit d’eau, il coule !

Danse

En motricité, les élèves ont appris à danser en faisant des mouvements de tout le corps (et pas seulement les bras !). Après des séances de découverte, ils ont parallèlement écouter des musiques et discuter des émotions qui en ressortaient. Finalement, notre séquence de danse a abouti à une danse libre collective qui devait représenter les émotions des musiques écoutées !

Musiques :

  • extrait de Macbeth chœur des sorcières de Verdi (Peur)
  • extrait des tambours de Tokyo Kodo – O daiko (Colère)
  • extrait de Mort d’Asse – suite no 1 op 46 ii – de Edvard Grieg Peer Gynt (Tristesse)
  • extrait de Polka the triskells de John Ryans (Joie)

Chenille et coccinelle orange

Deux nouvelles petites bêtes ont été trouvées et observées dans notre boite d’observation !

Tout d’abord, une chenille que l’on a vu manger des feuilles et faire des crottes. Les chenilles sont en fait des bébés papillons et pourtant… elles n’ont pas d’ailes ! Nous avons aussi appris que certaines chenilles peuvent être dangereuses pour nous : elles peuvent nous bruler ou nous faire des boutons. Par précaution, il ne faut donc jamais les toucher.

Ensuite, Emilie a trouvé une invitée dans les toilettes : une coccinelle orange ! Les élèves ont été surpris d’apprendre qu’elles n’étaient pas nécessairement rouge et noir !

Koi Nobori

Vous n’êtes pas sans savoir que, dans le cadre du PEAC sur les arts du quotidien, les élèves de maternelle ont teint du tissu à partir duquel ils allaient fabriquer des koi nobori. Eh bien, ca y est ! Le projet est enfin arrivé à son terme !

Les élèves ont décoré leur tissu rosé et ont monté leur koi nobori à la colle. Elles ont ensuite été suspendues parmi celles des autres classes sous la coursive de la cour élémentaire pour célébrer la fête des enfants.

Lire en fête

Nous avons célébré « Lire en fête » avec les GSB !

Pour l’occasion, nous avons créé un sac à histoires qui contenait des objets permettant aux élèves de GSB de deviner l’album « Billy se bile » d’Anthony Brown. Cette histoire met en avant la légende traditionnelle guatémaltèque des poupées tracas : pour bien dormir et gérer ses peurs, on peut confier nos tracas à nos poupées-tracas et, ensuite, nous arrivons à mieux dormir ! C’est ce que la mamie de Billy explique à son petit-fils dans l’histoire.

De leur côté, les élèves de la classe des GSB ont travaillé sur Cornebidouille, une histoire de sorcière qu’ils nous ont racontée !

Enfin, pour se remercier les uns les autres, chacun s’est vu offrir un petit cadeau : une sorcière pour les MSA et une poupée-tracas pour les GSB !

Chasse aux oeufs

Ce lundi 22 avril, notre classe a découvert avec grande surprise des œufs en chocolat cachés dans notre parcours de sauts de la salle de motricité !!! Tous les enfants n’étaient pas surs de pouvoir en trouver mais nous nous étions mis d’accord pour partager les œufs une fois que nous les avions tous trouvés. Miam !

Coccinelle

Après la découverte d’une punaise, c’est au tour d’une coccinelle d’être observée dans notre classe. En effet, Nathan en a attiré une dans la cour de récréation et nous avons réussi à la capturer dans notre boite d’observation ! D’ailleurs, tout comme la punaise, la coccinelle a six pattes et des ailes qui sont cachées.
Pour être surs qu’elle puisse vivre le plus longtemps possible, il a fallu la relâcher dans la nature.

Flotte ou coule ?

Depuis deux semaines, les élèves ont commencé des expériences scientifiques afin de dire ce qui flotte et ce qui coule.

D’abord, ils ont fait des hypothèses (dit ce qu’ils pensaient) sur la flottabilité ou non de certains objets comme des ciseaux, de la pâte à modeler, du carton, de la laine, du papier, des cailloux, du bois, etc. Puis ils ont immergé ces différents objets pour le vérifier. Ils ont aussi pu observer que certains objets flottent au début puis se gorgent d’eau et finissent par couler (comme le bois, la laine ou le papier).

Ensuite, ils ont vérifié que la taille n’avaient pas d’importance sur le fait que ça flotte ou coule. Par exemple, une minuscule boule de pâte à modeler et une grosse boule de pâte à modeler coulent toutes les deux alors qu’un petit bout de polystyrène, une grande planche de polystyrène et une grosse boule de polystyrène flottent tous les trois ! Le fait que ça flotte ou coule dépend plus de la matière (bois, carton, liège, polystyrène, pâte à modeler, etc) que de sa taille !

Bientôt de nouvelles expériences aquatiques pour aller plus loin dans ce travail de recherche !